Accepter la différence

L’Ecole Anne de Guigné, vue par Mr et Mme B., parents d’élève.

Nous sommes au mois de novembre 2017, cela fait un an et demi que Mélonie,  notre fille adoptée, d’origine sri-lankaise, fréquente l’Ecole Anne de Guigné. Cela peut être une étape, le moment de faire un bilan.

Il y a un an et demi donc, nous étions en recherche d’une école acceptant d’assurer la scolarité de notre fille qui connaît des difficultés cognitives. Nous habitons à Trélazé près d’Angers dans le Maine et Loire et nous recherchions une école qui accepte Mélonie dans sa différence, dans ses difficultés, mais également avec son sourire et son envie de bien faire.

Nous étions donc au mois de mai 2016, et nous nous sommes tournés vers le « sourire de Marie », comme chacun le sait, le mois de mai étant le mois de « Marie ».  Mais comme chacun le ne sait peut-être pas, « le sourire de Marie » est une parution mensuelle des Editions Résiac à Montsürs. Et, c’est dans cette revue que nous avons trouvé les coordonnées de l’association école Anne de Guigné à Argentré.

Et c’est cette revue « le sourire de Marie » en nous communiquant l’adresse de l’école Anne de Guigné qui a permis à notre fille Mélonie et à nous, parents de retrouver le sourire.

Lors des Portes ouvertes de mai 2016, nous avons fait connaissance avec l’équipe enseignante et dès le mois de mai 2016 nous avons scolarisé Mélonie une journée par semaine à l’école.

L’essai fut concluant et l’année scolaire 2016-2017, Mélonie a été scolarisée à l’école Anne de Guigné 2 jours par semaine, les lundi et mardi.

Cette année scolaire 2017-2018, Mélonie est scolarisée les 4 jours d’école, soit les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

C’est vrai que Mélonie demande un investissement de la part du corps enseignant, nous en sommes pleinement conscients, mais celui-ci a su adapter un planning scolaire pour notre fille qui alterne sa scolarité entre les différents niveaux de l’école, en fonction des matières. Nous avons trouvé une école où les enseignants savent se mettre au niveau de l’élève et non pas l’élève  qui doit suivre un programme éducatif standardisé qui ne correspond pas à ses capacités.

Que les parents qui pourraient avoir quelques craintes, soient rassurés, au aucun cas, notre fille ne perturbe le fonctionnement des classes. Notre fille suit à son rythme ce  qu’elle peut retenir de ce qui lui est enseigné sans désorganiser le fonctionnement normal des classes.

Mélonie s’est parfaitement intégrée dans cette école où la différence est acceptée, sans que l’on se moque de la personne différente. Elle se sent à l’aise dans cette école, se sentant acceptée, comprise, non mise de côté, non montrée du doigt.

Nous pensons que si cette école convient à Mélonie, du fait du respect mutuel qui y est enseigné, cette différence permet aux autres élèves de mieux cerner  au quotidien, ce qu’est « la différence » et d’accepter de vivre avec quelqu’un de différent.

Mais ceci ne remet pas en cause, l’exigence, le travail et le travail bien fait. L’élève de l’école Anne de guigné doit travailler, mais dans un esprit serein où les enfants ayant plus de difficultés progressent  en fonction de leurs capacités.

Pour nous parents, ce petit mot est l’occasion de remercier toute l’équipe enseignante pour toute leur débauche d’énergie pour faire fonctionner cette structure qui est riche de beaucoup de valeurs : l’empathie, le respect mutuel, le travail, la solidarité.

Merci à l’école, merci aux autres enfants d’accepter Mélonie telle qu’elle est, malgré ses difficultés.

 

novembre 20, 2017